• L'agonie du Nha Qué

    L'agonie du Nha Qué

    Les touristes repartent du Vietnam après avoir vu Porche, Rolls ou Maserati sillonner Hanoi, de véritables châteaux être construits à travers le pays.

    L'agonie du Nha Qué 

    Ce "chateau" est érigé par un homme impliqué dans un trafic d'animaux sauvages et d'opium. Belle gentilhommière qui l'accueillera à sa sortie de prison.

    Les Vietnamiens seraient donc devenus riches. Dans la réalité, à part quelques personnes ayant investi de l'argent aux origines improbables, l'évolution est lente pour les classes moyennes, mais les pauvres sont de plus en plus pauvres. C'est d'ailleurs le cas de la plupart des pays "en voie de développement" comme le Vietnam.

    Dans les provinces reculées, le nha qué (agriculteur) a vu ses profits diminuer.

    L'agonie du Nha Qué

    Binh de Quynh Luu (Nghé An)

     

    Ainsi Binh dispose de 5 sao de riz (5x 490 m2) pour sa famille, sur un terrain prêté pour 50 ans par le gouvernement. La récolte lui rapporte, brut, 5000 000 VND (compter 1euros= 25000 VN).

    Les engrais reviennent à 300 000 vnd/ sao. Les insecticides à 350 000/sao. le labourage 230 000/ sao. La moissonneuse à 150000 vnd. Le repiquage à 200 000vnd/ personne et par jour.

    Autant dire qu'il y  a peu, sinon, pas de profit.

    L'élevage des canards et des cochons rapporte 22 000 000vnd de moins, car, il faut être concurrentiel, même sur le petit marché de la commune, avec des sociétés qui élèvent en batteries.

    L'agonie du Nha Qué 

    Les moissonneuses (1 milliard de vnd) viennent de provinces plus riches (Ninh Binh, Nam Dinh) et achetées en Chine

     

    Je craignais que les moissonneuses batteuses mettent au chomage tous les moissonneurs à la faucille. Mais ce n'est pas le cas, les jeunes sont partis essayer de travailler à Ho Chi Minh, les grands mères y vont garder leurs petits enfants. Ne restent plus que les vieux qui gardent les baraques et survivent de leurs quelques sao.

    Cette année, la moisson a débuté dans le centre, mais alors que le spectacle de rizières parsemées de chapeaux coniques, de ballets de serpes, de transhumance de gerbes durait une dizaine de jours, dorénavant l'engloutissement des épis par les machines ne dure plus que la durée d'une journée.

    Pour le moment, les rizières de montagne en sont restées à une exploitation "à la serpe". Alors, profitons encore quelques temps du spectacle...........

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    L'agonie du Nha Qué

     

    « Hanoi unique, trépidante et calme

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :