• Villages d'artisans 4: Chuong Vac, les cages à oiseaux

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

     

    Parmi les villages qui entourent Chuong My et qui, comme lui, fabriquait des chapeaux, Chuong Vac a trouvé plus lucratif: Une passion se répand chez les Vietnamiens, celle des cages à oiseaux..... Des oiseaux? Pas seulement, certains collectionneurs préférant le contenu au contenant, ils sont prêts à mettre des fortunes dans une cage, jusqu'à 800 000 000 de Dongs (28000 euros) pour les plus nantis.

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

    A ceux-ci s'ajoutent les passionnés d'oiseaux qui sont prêts à mettre plusieurs mois de salaire (jusqu'à 3000 euros) dans un zosterops, pas beaucoup plus gros que le pouce et aux couleurs verdâtres. Evidemment, il faut au précieux volatile, un logis correspondant à sa valeur. La cage sera alors en nacre ou en écailles de tortue.  les cages en bambou confectionnées par les villageois de Vac sont destinées  à des "piafs" plus modestes.

    Le «dô lông» (investir pour une cage) ne sera pas terminé pour les passionnés, lesquels  partiront à la recherche d’un ensemble de mangeoires en corne, nacre, ou en écaille aux reflets nacrés par exemple,  ou un petit pont arborant fièrement deux dragons à chaque extrémité.

     

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

     

                                                    l'établi et les outils

     

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

     

    Maison spécialisée dans les anneaux de suspension

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

    Toute la famille est recrutée, les pièces de vie investies

     

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

    Les cages partent loin, jusqu'aux confins du pays, chez les H'Mong Fleur, au marché de Bac Ha

    Les différents villages aux alentours sont, en fait, spécialisés dans la vannerie et le travail du bambou, mais j'ai vainement cherché une famille perpétuant un travail traditionnel, celui des éventails, disparu au profit d'occupations plus rémunératrices et sous l'assaut de produits industrialisés. C'est malheureusement la destinée de toutes ces activités. C'est pourquoi il faut en profiter.

    Villages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseauxVillages d'artisans 4:  Chuong Vac, les cages à oiseaux

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Villages d'artisan 3: Chuong et ses chapeaux coniquesVillages d'artisans 5: La laque de Ha Thai »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Mars 2014 à 19:59

    Coucou JPierre ! Superbe, comme d'hab' ! Je vois que par chez toi c'est comme en Indo, on pourrait se ruiner pour des oiseaux ! Y'a-t-il des concours de chants comme là-bas !? En tous les cas se sont les mêmes cages et même si je n'aime pas les oiseaux enfermés... je trouve cette... tradition... très jolie. A bientôt de te lire. Mistouline.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :