• Le culte du Génie du Foyer

     

    Même si presque tout le monde sait que le Vietnam fête le Têt, peu de personnes connaissent le rite typiquement Vietnamien et beaucoup le confondent avec le Nouvel An Chinois qui se déroule au même moment, le premier jour de l'année lunaire.

    C'est pourquoi, je  fais la rediffusion de deux articles postés en 2015 et expliquant les phases assez complexes de ce rite du Culte Des Ancêtres Vietnamiens.

    Toutes ces informations sont le fruit des témoignages autour de moi, de ma famille et amis Vietnamiens, mais aussi d'ouvrages de référence dont je publie la liste en fin de l'article qui paraitra à la suite.

    Nous commencerons par la première manifestation très visible:

    le culte du génie du foyer : Cúng ông Công, ông Táo

     

    Le culte du Génie du Foyer

     

    Le Tết lui-même débute réellement à la mi-nuit séparant le dernier jour lunaire du premier jour du premier mois mais en réalité les préliminaires commencent 7 jours plus tôt, le 23ème jour du 12ème et dernier mois lunaire.

    Ce jour là, a lieu le culte du génie du Foyer, Táo Quân, dont le moment fondamental est son départ pour le Ciel. Selon son nom plus familier, Ông Táo, tel un comptable, va faire un rapport de la vie de la maison au fameux Empereur de Jade, divinité centrale du taoïsme, que les Vietnamiens nomment Ngọc Hoàng et plus communément ông Trời (Monsieur le Ciel). Ce rapport modifie le destin, prolonge ou abrège la vie selon les mérites. Cette absence durera six jours, le génie retournant précisément dans les foyers dans la nuit séparant l'ancienne et la nouvelle année, au moment du giao thừa. Comme le rappelle l'écrivain Hữu Ngọc le temps de ces fêtes est d'abord celui d'un « peuple de paysans attaché depuis des millénaires à la terre dans le rythme des saisons, il marque un temps de pause durant lequel la rizière et le cultivateur goûtent la joie du repos complet après douze lunes de travail. " Cette semaine sans génie, où rien ne se passe", symbolise aussi le temps "mort" de l'hiver, le dernier repli avant le réveil. D'une certaine manière, ce départ du génie représente une forme de vacance de la conscience morale ou pour le moins d'une partie de celle-ci.

    Le culte du Génie du Foyer

     Avec l'écrivain, journaliste, philosophe et célèbre "passeur de cultures", comme il se désigne lui-même,  Hữu Ngọc, auteur de "A la découverte de la culture Vietnamienne", une Bible,ouvrage de référence, mon livre de chevet.

    Ông Táo, bien que souvent représenté comme une figure unique, est en réalité une triade dont la légende est connue de tous les Vietnamiens. Elle peut se résumer ainsi : La pauvreté conduit un couple à se séparer, le mari erre suffisamment longtemps pour que l'épouse se pense libre et se remarie. Un jour, par hasard, l'épouse et son premier mari se retrouvent. Pour l'un et l'autre il s'agit d'un grand choc entraînant en cascade, les suicides du premier mari , de la femme, et du second mari. Le Souverain du Ciel, ému de ces sacrifices, leur confére alors une unité en les déclarant génies du Foyer. Les éléments de cette triade sont relativement variables : Ông Táo, parfois nommé Thổ Công est le génie de la cuisine l'autre génie de la triade, Thổ địa est le génie du sol, et leur compagne (et épouse) Thổ kỳ, est génie de la terre. C’est génial !

    Cette histoire se matérialise dans la présence des trois pierres ou briques servant de support au feu de la cuisine.

    Le culte du Génie du Foyer

    Le trépied en briques pour cuire le Banh Chung

    Cette cérémonie au génie du Foyer est en grande partie organisée autour du départ de Ông Táo pour le Ciel. Ainsi à cette occasion on lui sacrifiera une carpe (cá chép) devant lui servir de moyen de transport pour son voyage. Une tradition offre même deux carpes, une pour l'aller et une autre pour le retour.

    Le culte du Génie du Foyer

    Vente des carpes  dans les rues

    Il en est de même de leurs destins : lâchées dans la rivière après la cérémonie ou bien préparées et placées sur l'autel. Sur ce dernier, on peut aussi trouver le nécessaire à un voyageur : provisions de bouche, argent et or (fictifs), vêtements en papier dont trois chapeaux emboîtés avec des "ailes de libellule" (rappel de cette trinité de génies), une paire de bottes mais pas de pantalons. C'est ce que rappelle ce précepte : « Đội mũ, đi hia, chẳng mặc quần. » ( Porter le chapeau, mettre les souliers, mais pas de pantalon.). Il arrive que "la monture carpe" soit secondée, voire remplacée par une cigogne, Cò bay, ou par un cheval rapide, Ngựa chạy. Ông Táo est aussi chargé de transporter divers papiers votifs. 

    Mode d'emploi

     

    Tout d'abord faire une cérémonie devant son Autel des Ancêtres. Placer des offrandes et les nécessaires de voyage pour Ong Tao: Une paire de bottes et un chapeau de mandarin aux belles oreilles ainsi que son mode de transport, la carpe.

    Le culte du Génie du Foyer

    Si on n'a pas d'Autel des Ancêtres, voilà un modèle. On peut remplacer la photo de Ho Chi Minh par celle de François Hollande.

    Brûler de l'encens.

    Le culte du Génie du FoyerLe culte du Génie du Foyer

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On porte ensuite, la carpe (ou les carpes pour assurer le retour, avec une remplaçante au cas où...) au bord de la rivière ou du lac, afin de la mettre à l'eau.

    Le culte du Génie du Foyer

     Le culte du Génie du FoyerLe culte du Génie du Foyer

     

     

     

     

     

    Il conviendra ensuite, de faire brûler les offrandes qui ne se mangent pas: Les bottes et les chapeaux 

    Le culte du Génie du Foyer

    Le culte du Génie du Foyer

     

     

    « Enfin au chaudLe Têt, mode d'emploi »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Furet Martine
    Dimanche 15 Janvier à 08:30

    Une piqûre de rappel bien nécessaire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :