• Souvenez vous, Grace à Les Enfants d'En Face France, Giang était opérée d'urgence d'une grave malformation cardiaque. C'était en juin 2015, et les chirurgiens de l'hôpital Tim de Hanoi avaient  accompli une remarquable performance. 

    Et on revoit Giang

    Et on revoit Giang

     

     

     

     

     

     

     

    Michèle Potée était passée chez Giang constater le rétablissement  de Giang et lui apporter une "Poupée du Courage"

     

    Aujourd'hui, près de deux ans après, Giang est revenue à Hanoi pour une visite de contrôle qui sera vraisemblablement la dernière. En effet, la protégée de "Les Enfants d'En Face France" et de son Président Stéphane Bobin a réussi tous les examens allègrement. Allègrement, n'est peut-être pas le bon mot, car la petite patiente nous a semblé assez marquée psychologiquement par la suite de ces examens. En tous cas, plus de traitement, signe d'une entrée dans la vie normale. D'ailleurs Giang est en 6ème et travaille très bien.

    Et on revoit Giang

    Giang a bien changé, non?

    Et on revoit Giang

    Ninh de Jasmin Tonkin, contrôle et règle les frais d'hospitalisation et les déplacements, sur le trottoir devant l'hôpital, autour d'un tcha da (thé glacé). On est au Vietnam, il fait beau, on vit dans la rue.

     

    On ne la reverra plus, bienheureusement que lors des acivités de parainnage de Ecole Pour Tous Vietnam, puisque l'organisation de Michèle Potée continue à l'aider.


    votre commentaire
  • C'est le printemps

     

    C'est le printemps, même dans les montagnes du Tonkin. Les H'Mong Fleur, pour aller au marché, ont posé la doudoune qui cachait leurs habits bariolés et les rictus d'une dure vie sous la froidure hivernale sont effacés.

     

    La santé se mesure à l'amour du matin et du printemps

                                                                                                (Didier Decoin)

     

     


    votre commentaire
  • Les commères de marché

    Si vous désirez visiter un marché exempt de propositions touristiques, vous aurez le choix entre les nombreux  évènements montagnards éloignés de tout hébergement aux tendances occidentales. Matelas sommaires, pas de clim, évidemment et pas de référencement dans les forum de routards. Evidemment il convient que les bus publics soient des plus épisodiques, aléatoires, désuets, surchargés et brinquebalants. A ce prix vous assisterez à ces réunions multicolores où commères et pipelettes s’en donnent à gigote-langues, pendant que leurs hommes distillent l’alcool du maïs durement récolté.

     

     

    Les voyages commencent quand on est perdu

                                                            (anonyme)


    votre commentaire
  • Ecoles de montagne

     

    Les ethnies minoritaires des montagnes du Nord Vietnam, scolarisent de plus en plus leurs enfants, aidés des aides gouvernementales et d'enseignants dévoués qui n'hésitent pas à apprendre les langues d'origine de leurs élèves et à partir par des sentiers escarpés recruter leurs auditeurs.

    Ici, la maman qui surveille son enfant à travers la vitre semble regretter ne pas avoir eu cette chance.


    Multipliez les écoles, les écoles sont les points lumineux de la civilisation

                                                                                            (Victor Hugo)

    Comment je vois le monde de Albert Einstein - Albert Einstein

     

     


    3 commentaires
  • Les plantations de riz sont pratiquement terminées dans les villages Tay; un peu tardives, les moissons de la seconde récolte ne devraient pas se faire avant début novembre. Superbes villages, un ami à moi, Français, souhaite y acheter une de ces maisons sur pilotis, véritables chef-d'oeuvres artisanaux de l'assemblage du bois.

    Marcher sur les sentiers reliant ces hameaux, c'est vraiment comprendre le terme se fondre dans la population et le paysage.

    Plantations chez les Tay

     

    Une grande partie de notre bonheur vient de la façon dont on choisit de regarder le monde                                                                                                                             (FO Giesbert)


    votre commentaire