•  

           Manger au  Vietnam

    La cuisine au Vietnam

    La cuisine du Vietnam est, certainement, l’une des meilleures cuisines du monde. Souvent confondue avec la cuisine Chinoise, elle est beaucoup plus fine, plus travaillée. Même si la cuisine Thaïlandaise bénéficie d’une belle réputation très méritée, son association avec des épices forts la rend très agressive aux palais occidentaux.

     

    La cuisine au Vietnam

     

     C’est une cuisine, sans être végétarienne, qui est dédiée aux accompagnements en légumes et fruits, c’est aussi une cuisine d’herbes aromatiques et d’épices. La seule chose que l’on puisse lui reprocher, c’est de masquer un peu le gout de la matière première, derrière les aromates, mais quelles saveurs, quels arômes !

     Les Vietnamiens n’ont pas de four, les préparations sont bouillies, grillées ou frites. Aucune utilisation de beurre, ni de crème, rarement de farine. Elle est très diététique et fait la part belle aux produits frais du jour: Le marché de proximité bat son plein dès 6 heures du matin pour l’approvisionnement de la ménagère, de la cuisinière de trottoir, des gargottes et des restos.

     

    La cuisine au Vietnam

     

    C’est la raison pour laquelle vous trouverez les saveurs les plus affirmées ou subtiles, les arômes incomparables, chez la marchande sur le trottoir ou dans les gargotes.

    Les restaurants serviront une interprétation plus aseptiséeLa cuisine au Vietnam, issue du congélateur, voire adaptée à ce qu’ils pensent des goûts occidentaux.

     Chaque plat est servi avec une sauce à part. L’assaisonnement est laissé à l’appréciation du convive. Sauce Nuoc mam, Sauce soja, la redoutable Mam Tom, les piments sont à discrétion.

     Une petite note particuliere : Les tavernes « Bia Hoi ». Elles servent une bière à la pression, artisanale, adaptée au climat, car peu forte, moyennement gazeuse et très bon marché. Avec le pichet de bière, vous commandez ce qui peut correspondre aux tapas Espagnols : Nem Chua, Calamars et poissons séchés, mais aussi, poulet grillé, coquillages, galettes de céréales (Banh Da), etc....selon les spécialités. Il y a de ces établissements tous les 100 mètres, sous enseigne « Bia Hoi » dans lesquels la communication avec les tables voisines (que des Vietnamiens, bien sûr) est garantie.

     

    La cuisine au Vietnam

     

    Le rituel au restaurant 

     

    La cuisine au Vietnam

     

    Le restaurant de rue, ne confectionne qu’un seul plat, que l’on savoure à n’importe quelle heure de la journée, sur le trottoir. Salle à manger avec vue imprenable sur l’agitation de la ville.

    Vous  serez servis dans les restaurants locaux sur des tables basses et les tabourets obligent l’occidental à adopter la stature dite « du crapaud béat. »

     

    La cuisine au Vietnam

     

                             Les tables peuvent être très basses......

     

    La cuisine au Vietnam

     

                    ...................Et encore, plus que ça

     Chez les particuliers, on étend des nattes par terre et on s'assoit dessus. Les femmes d'un côté (celui de la cuisine), les hommes de l'autre.

    Les restaurants plus « hauts de gamme » adoptent des tables et chaises de hauteur plus conventionnelle pour les squelettes occidentaux.

     Tous les plats sont servis en même temps et on les déguste dans l’ordre de son choix. La quantité est adaptée au nombre de convives et chacun d’eux se sert sans ordre défini.

    Les baguettes sont incontournables. Associées au bol, ellesLa cuisine au Vietnam sont l'ustensile le plus commode pour saisir les aliments en fines lamelles, les légumes ciselés, et, paradoxalement, le riz. Lancez-vous, l'apprentissage est court et ne vous laissera pas affamé. Par contre, ne les plantez pas dans votre bol, cela évoque les batonnets d'encens des cérémonie funèbres.

    Si vous êtes invité par un Vietnamien, il vous fera honneur en vous servant dans votre bol et en utilisant les gros bouts de ses baguettes

     Pas de dessert. Dans les restos établis, quelquefois, on vous servira des fruits, par politesse, des pastèques ou des ananas. Vous aurez accès aux meilleurs fruits du pays, en les achetant sur le bord de la route.

     


    La cuisine au VietnamDans chaque restaurant local, une table est réservée aux convives qui souhaitent boire du thé vert (gratuitement) ou fumer la pipe à eau après leur repas. Les Vietnamiens aiment faire connaissance avec leurs voisins à ce moment, donc une bonne occasion de partager.

    A part dans les restos touristiques, le thé vert est gratuit.

    Dans le repas traditionnel, il n’est pas vraiment prévu de se désaltérer. Les locaux aiment faire la fête et le repas au restaurant en est leur occasion favorite. Ils consomment alors beaucoup d’alcool de riz au cri de "Chuc Suc Khoë" (Santé)

     J'l'ai déjà vu quelque part, c'est quelle ethnie?                                        

    portant de nombreux toasts dans de petits verres (heureusement). Lorsque vous trinquerez, votre interlocuteur portera son verre plus bas que le vôtre par respect.

     

    La cuisine au Vietnam

     Chez des enseignants Tay, à la frontière de la Chine....C'est pas tous des Tay, si?

    Sinon, la bière est excellente, Bia Hanoi, VietA, Larue (survivante de l’époque coloniale), Saigon, 333 (réplique de la 33 ) etc... Souvent elles sont sous licence européenne.

     Partout dans le Vietnam, vous trouverez de l’eau capsulée : La Vie, Vital, Aquafina.

     Il ne viendra jamais à l’idée d’un Vietnamien de faire des glaçons avec de l’eau non potable. Chaque famille a une bouilloire chez elle, a une fontaine d’eau potable ou commande ses glaçons directement à une fabrique.

    Donc, vous n’êtes pas obligés de vous passer de boisson rafraichie, par exemple, du désaltérant Trà đá (thé vert glacé), ou d’un Nâu đá (Café crème glacé).

     

    La cuisine au Vietnam

                                            Tra Da sur fond de rizière

    Le café, il faut s'habituer, c'est du robusta et servi très fort.Il a un petit goût de caramel, car très torréfié. Avec du lait concentré et des glaçons, vous m'en direz des nouvelles: C'est le  Nau Da, ou alors chaud: Nau Nom

    Mais, pour rester dans des normes gustatives connues, vous pouvez commander un café 3+1, certes en poudre, et fabriqué par le lobby Nestlé.

    Cependant, si vous passez par les Hauts Plateaux du Centre, particulièrement pas Buon Me Tuot, ne partez pas sans être allés à la cafétéria du Musée des ethnies où ils servent le meilleur café que je n'ai jamais bu. Quel nectar!

      

    Les ingrédients 

    -Poulets et canards : Le goût est incomparable, si ce n’est à nos volailles de ferme, d'il y a 50 ans. Lorsque vous parcourez le Vietnam, vous verrez poules et canards se promener en liberté(les restaurants affichent Gà di bô= poulets qui marchent à pied) prenant leur alimentation dans les rizières, graines, escargots, etc. Cela donne une chair savoureuse, mais ferme, toute en muscles. En occident. Nos volailles même labellisées, ont remplacé leurs aliments « sportifs » par des synthétiques. Aussi, lorsqu’on secoue un pilon de volaille Vietnamienne, la viande ne se détache pas, le cartilage ne fait pas 2 cm, et la viande est ferme, voire dure, mais très goûteuse.

     

    La cuisine au Vietnam

       Nous, "vit di xe may", canards qui vont à moto, on ne risque rien......Et viens-y voir si nos pattes se détachent, tu tateras de mon bec, pour voir si c'est du cartilage!!!!!!!

    Les Vietnamiens mangent le poulet, souvent bouilli et peu cuit. L’occidental, lui, préfère grillé ou frit. Goûtez surtout le poulet au miel, au gingembre, à la citronnelle, le canard grillé au barbecue ou au paprika

    -La Chèvre La viande de chèvre, spécialité de Ninh Binh n’est pas forte

     

    La cuisine au Vietnam

      Les petites chèvres de Ninh Binh, Dê Nui, ont une chair tendre et et goûteuse, pas forte du tout. On vous en apportera sur votre table avec des herbes, des morceaux d'ananas, de concombres et de  la galette de riz, et vous vous ferez vous-mêmes de très bons nems. 

     

    La cuisine au Vietnam

    Grillade de viande de chêvre direct sur la table

     

    - Viande rouge On n’a pas l’habitude ici de faire rassire la viande de bœuf 3 semaines en chambre froide. Aussi celle qui vous sera servie sera très goûteuse, mais ferme. La viande de buffle, moins chère, est même dure.

     

    La cuisine au Vietnam

     

    - Le porc  C'est une viande beaucoup consommée au Vietnam et majoritairement dans les minorités ethniques. Le porc des H'Mong est copieusement nourri pour que sa viande soit à grosse proportion de gras. Il vit, lui aussi en liberté jusqu'à l'abattage. Sa coenne, au contraire de nos porcins de batterie est délicieuse et il faut que je ramène quelques fayots et de l'huile de noix pour regouter un des mets traditionnels des campagnes par chez nous.

     

    La cuisine au Vietnam

         Ce n'est pas à cause des cochonneries que ça doit se terminer en  cochonnailles!!!

     

      Le cheval  Consommé dans les montagnes du nord, car, c'est là qu'il est aussi utilisé encore un peu, comme monture .

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

               Allez direct chez Spanghero

     

     

    Les herbes aromatiques Elles sont omniprésentes dans la cuisine. On ne peut les énumérer, tant il y en a. Songez qu’il y a 5 basilics différents.

     

    La cuisine au Vietnam

          Et la lot, vous connaissiez.....Alors, demandez à Hien.....Ses nems enveloppés par les feuilles de la lot, un délice!

     

    Les plats traditionnels

    - Les nems

    Bien sûr, nul ne se rend au Vietnam sans avoir l’intention de déguster « in live » les célèbres nems. Vous ne dégusterez jamais deux fois les mêmes : Nems à toutes sortes de viandes et poissons, nems enveloppés dans les feuilles de « la lot », nem chua (au porc fermenté, un délice), etc...etc... Si vous assistez a un cours de cuisine, ce sera evidement l’occasion de connaitre les secrets qui vous permettront de « briller » à votre retour, en déshonorant le resto « Chinois du coin »

     

    La Pho

     Moins connue que le nem, la soupe Vietnamienne, une des spécialités de Hanoi n’est savoureuse que dégustée sur le trottoir. Bouillon de pâtes blanches, aromatisé de coriandre, citron vert et lamelles de poulet ou de bœuf. Pour moins d’un euros vous ferez un petit déjeuner qui vous tiendra jusqu’à midi, voire beaucoup plus

     

    La cuisine au Vietnam

     

    La cuisine au Vietnam

     

    -Cha Ca

    Cha Ca, c’est le nom d’un restaurant qui a donné son nom à la rue Cha Ca à Hanoi. C’est dire si la maison est réputée.

    Le Cha Ca, plat unique, ce sont des dés de poisson du Fleuve Rouge (plus souvent du Delta du Mékong), qui sont frits sur votre table avec de l’aneth et des pâtes blanches.

    Vous pouvez choisir le resto historique dans la maison d’origine, mais si vous êtes soucieux de la qualité et du goût de votre Cha Ca, vous pouvez aller à l’autre adresse, plus salubre et moins « cavalerie »

    -Bun Cha

    Ce plat traditionnel est constitué d’un bol de soupe froide contenant des morceaux de porc grillés et des lamelles de papaye vertes. On y ajoute des « bun » (pâtes blanches), de la menthe, piments, poivre, soja et salade. Une idée, si votre gargote en fait, commandez quelques nems de crabe ou de porc que vous tremperez dans le bouillon….Et honte à vous, si vous venez dans le nord sans goûter au Bun Cha

     

    La cuisine au Vietnam

     

    La cuisine au Vietnam

                                               Gargote à Bun Cha

    -Le Bun Ca :

    Plat de pâtes et de poissons, excellent pour tester le poisson au Vietnam.

    -Le Banh Mi :

     Petit sandwich à la vietnamienne, il comble les petits appétits tout comme les grosses faims. Pain garni de saucisses, porc ou poulet avec salade, etc…L’interprétation est libre

    Le pain, survivance du colonialisme est de plus en plus prisé: Il devient meilleur depuis qu'on ne tente plus de le sucrer ou de l'aromatiser. Lorsqu'on va voir la famille, on achète du pain en cadeau.

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

    -

     

     

    Confection de pain à l'orphelinat de Kon Tun

     

     

    Le Banh Cuon

    Crèpes de farine de riz avec de la viande séchée que l'on trempe dans un bouillon avec des herbes, menthe, coriandre. Souvent servi au petit-déjeuner, nos amis venus avec nous à Méo Vac aiment bien.......surtout l'athmosphère.

     -  Le Mien Xao :

    Vermicelle cuit une première fois et sauté au wok, il s’accompagne de différentes viandes et de légumes.

    -Le Mi Xao  

    Connu aussi en occident, ces nouilles instantanées, tout comme le Mien Xao, sont sautées dans le l’huile au wok à ce que vous auriez pu goûter en Europe.

    -Mi Tôm

    Pâtes instantanées en sachet que l’on trempe dans un bouillon livré dans le sachet et agrémenté d’un œuf, de viande en lamelles, de coriandre, piment, etc.. 

    - Le Com rang :

    Riz blanc passé à la manière du Mien Xao et du Mi Xao au wok et accompagné de bœuf, poulet, ou bien de fruits de mer.

    Le Xoi :

    Riz gluant ou riz collant, il en existe plusieurs sortes aux odeurs et saveurs multiples. Il est souvent préparé pour les repas de fête ou pour faire des gâteaux.

    Le poulet au miel :

    L’aile ou la cuisse ? Les morceaux de poulet cuits au barbecue dans la rue du Poulet d’Hanoi proposent un merveilleux mélange de sucré-salé.

     -L’alcool de riz :

    S’écrit « ruou » et se prononce « zio », il existe beaucoup d’alcool de riz différent dans lesquels macèrent toutes sortes de choses allant d’insectes au serpent en passant par singes et couilles de bouc !

    Version montagnarde : L’alcool de maïs

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

           Alcool de couilles de boucs                                       Belle fin de cobra

    Version H’Mong : Le Tao Méo (littéralement Pomme des H’Mong). Alcool de maïs dans lequel on a laissé macérer des petites pommes cultivées à flanc de montagne.

    Pour tous ces breuvages, le mode d’emploi est le même: Porter le verre à la bouche en scandant mot, hai, ba zoooooo!!!! et ingurgiter cul sec!

    - Le bun dau mam tôm :

    Nouilles blanches et tofu à la sauce aux crevettes. Vous n’êtes pas obligés de m’inviter, la Mam Tôm est redoutable. Si je me plains que le tofu n’a aucun goût, la sauce crevette, elle, n’en manque pas.

    Les pattes de poulet :

    Les vietnamiens sont friands des pâtes de poulet, bouillies ou bien cuites au barbecue.

    -La fondue Vietnamienne : Lau

    Devant vous, mijote un bouillon, dans lequel on a déjà jeté des ingrédients, des os de porc, de la citronnelle, de l’ananas, des tomates, de l’anis étoilé, etc…. Au fur et à mesure du repas, on fait cuire de la viande, des légumes, le jus s’épaissit. On terminera par des vermicelles et un bouillon devenu des plus savoureux.

    On mange de fondues au poulet, bœuf, canard, fruits de mer, etc…….

     

     Les Pâtes, les nouilles: Ce sont les Bun: pâtes de riz déjà cuites plates (pour la pho) ou circulaires (Bun Cha, Cha Ca)

    Elles sont blanches.

    My (pour My Tôm) Pâtes de farine de blé, elles sont jaunes

    -Les fruits

    Goûtez les fruits vendus à la saison sur les bords de route ou par les palancheuses de Hanoi. Elles vous épluchent un petit ananas en une minute, juteux et sucré pas comparable à ce que l’on appelle ananas en France et qui vous coûtera à peine 1 euro. Huuuummm ! Les pommes canelle en juillet, aout et septembre, les longanes en juillet et août, les oranges sur la route de Ha Giang en novembre, les pamplemousses dans le sud et aussi à Yen Bai, les fruits du jaquier, les ramboutans, mangoustans, papayes, (demandez à déguster une salade de papayes vertes).

    Quant au redoutable durian, vous le goûterez à l'extérieur, il est interdit d'entrée dans les hôtels et dans les soutes d'avion, pour cause d'arôme un peu trop affirmé.

     

    La cuisine au Vietnam

     

                                       Le durian

    Les mets de fêtes:  Les plus connus sont ceux de la fête du Têt, surtout la Banh Chung. Mais il y a aussi le Banh Mat

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

                       Le Banh Mat et la Banh Chung, mets du Têt faits à base de riz

     

     

    La cuisine au Vietnam

     

    Fête du Têt, a l'entrée de la Pagode de l'Ouest, vente de Banh La et autres gâteaux de riz

     

    Pour les aventuriers :

    Trung Vit Lon ou l’œuf fécondé : 

    Œufs couvés de poules ou de canes, un plat traditionnel vietnamien !

    Attention, à éviter le soir, gorgé de protéines, l’œuf « de cent ans » vous empêchera de dormir 

    La cuisine au Vietnam

     

    - Le serpent :

    Appel à la découverte, le viande de serpent est proche de celle du poulet et est cuisinée en plats comme en nems. Il existe un village des serpents dans la banlieue d’Hanoi, Le Mat, où l’on ne sert que de ces reptiles. Vous choisissez votre animal selon votre appétit et le nombre de participants. Il est tué devant vos yeux, son sang et sa bile recueillis dans une bouteille d’alcool de riz. L’invité d’honneur aura le privilège de gober le cœur encore palpitant, ce qui lui donnera force et courage (déjà qu’il n’en était pas dépourvu pour faire cette expérience !)

    Le serpent est cuisiné pour différents plats : nems, filets grillés aromatisés, peau grillée aux arachides, beignets, bouillon, etc… C’est succulent, je vous assure, et quelle expérience à raconter à votre retour. 

    En plus, les restaurants sont des anciennes maisons de mandarins, de véritables musées.

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Prenez un serpent bien vivant.....Celui- ci ou celui-là...ou les deux selon nombre et appétit

    La cuisine au Vietnam

            Saignez le sans écouter ses protestations, au dessus d'un verre d'alcool de riz

     

    La cuisine au Vietnam

     

                                        Crevez la bile au-dessus d'un autre verre

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

                                  Partagez les deux nectars entre les convives

     

    La cuisine au Vietnam

     

        L'invité d'honneur gobera le coeur encore palpitant pour avoir force et courage

     

     

    -Le Nhong ou cocon de ver à soie :

     Considéré comme un aliment raffiné à Hanoi, le cocon est frit dans l’huile et accompagné de sauce de poisson.

     

    La cuisine au Vietnam

                 On fait couler la soupe d'intestins de porc avec des verres de ruou

     

    - Le chien

    Le sujet qui fâche !!!!! Il faut savoir trois choses :

     Les chiens destinés à la boucherie, sont élevés pour cela, comme nos vaches, lapins, poussins, chevreaux, canetons.

    On ne vous fera jamais manger de la viande de chien à votre insu, elle est beaucoup plus chère que les autres.

    C’est une coutume culturelle du nord, on mange du chien les derniers jours du mois lunaire, cela porte bonheur.

    Tordons le cou à une autre idée reçue : Les bêtes sont tuées proprement, et jamais battues avant, « pour attendrir la viande »

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

    -Tiet Canh : Le sang de canard

    Le sang de canard a été mélangé à un élément anti coagulant et il est servi en gelée presque liquide dans un bol saupoudré d’arachides et d’herbes aromatiques. C’est bon, mais il faut s’habituer à l’aspect.

     

    La cuisine au Vietnam

     

    Plus de trente années de guerre suivies de périodes de famine très graves ont fait que les Vietnamiens ont mangé tout ce qui poussait et tout ce qui bougeait.

     Larves d’abeilles, vers a soie, rats de rizieres, grillons et insectes, intestins de porc, serpents peuvent se retrouver sur votre table si vous en exprimez le désir.

    La cuisine au VietnamLa cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

     

          Cafards au piment                        Grillons au miel et gigembre

     

    La cuisine au Vietnam

     

     

    La cuisine au Vietnam

     

     La cuisine au Vietnam

     

     

     

     

     

                                     Les larves d'abeilles

     

    Manger au Vietnam

    Et les croustillantes tarentules!!!!!!!!!!!!!

    Les saveurs sont souvent surprenantes, mais certains mets sont délicieux, pour peu que le cuisinier ait un peu de talent.

     

    La cuisine au Vietnam

     

    Ah oui !!!!! Ils mangent aussi des grenouilles et des escargots…..BEURKKK !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Le repas est une fête au Vietnam. La moindre fête est ponctuée par un banquet, on se réunit autour de plats et d'alcool pour la moindre occasion: Anniversaire de la mort d'un ancêtre, mariage, anniversaire de son entreprise, de la victoire de...de la défaite de...et quand il n'y a aucune raison, c'est une bonne raison pour manger et boire.

    Plus sérieusement, ce goût des Vietnamiens pour les repas en commun vient évidemment de périodes de disette et de guerres pas si lointaines.


    3 commentaires
  •    

       Détection   au district de Song Lô           

     

                        Inquiétude de maman            

    Avions nous bien compris les conséquences de l’intégration du  Professeur Dao dans l’effectif  des Enfants d’En  Face France au Vietnam ?

    Pour nous, les « Vietnamiens », pas tout à fait. Son concours semblait nous  permettre  essentiellement de faire le lien entre notre logistique et les services hospitaliers de l’hôpital Tim de Hanoi.

    Mais c’était penser que ce chirurgien de renom, administrateur respecté, avocat  et mélomane se contenterait de jouer un rôle de roue de transmission, c’était aussi, peut-être, assez mal le juger.

    Nous avions eu un premier aperçu de sa détermination dans la province de Ninh Binh, mais dès que nous lui avons dit que EEFF souhaitait continuer son activité auprès des enfants malades, Dao a contacté le directeur des  services sanitaires de la Province de Vin Phuc et l’administration du district de Song Lô.

    Ensemble, ils ont organisé un rassemblement d’enfants malades dans la commune de Duc Bac, afin de faire un travail de prospection.

    Ainsi, au lieu d’attendre que l’on nous communique le cas d’enfants déjà répertoriés, c’est à un véritable travail de repérage en amont qui va être entrepris.

     

    Ainsi, Dao a organisé ce jour là un rassemblement d’une dizaine d’enfants dans le dispensaire de la commune et déjà vus par le médecin du lieu.

     

    Par contre, l’intervention fut beaucoup plus dure, car, comme nous le verrons, deux familles ont appris la gravité du mal de leur enfant ce jour là.

     

     On ne rit jamais si fort, si longtemps et si haut, que lorsqu'on veut cacher sa douleur. (Lao Tseu)

     

    Version occidentale :

    Comme disait Saint Laurent sur son gril : « Il faut savoir tirer le comique de chaque situation » (André Roussin)

     

    C’est pourquoi il est important que je vous conte la journée sur un mode plus plaisant que la simple relation médicale.

     

     

     

     

    Jeudi 7 mai 2014

     

    C’est un jour à ne pas mettre un Français dehors : 60ème  Anniversaire de Dien Bien Phu. (Pensez donc, il fêtent les défaites, ici !)

    6 heures, Ninh, conduit par l’ami Thanh vient me chercher avant de prendre Dao devant chez lui.

    D’emblée le Professeur nous explique que ses amis nous attendent pour prendre le petit-déjeuner à Vin Phuc.

    Vin Phuc est une province essentiellement agricole inconnue du tourisme, mais absolument magnifique, surtout en cette saison où les rizières aux épis déjà fournis offrent des dégradés de verts, où l’eau nécessaire à cette culture serpente dans les herbes,  jalonnée d’ouvrages piscicoles.

     

     

    Elle est le premier contrefort des montagnes du nord et le site balnéaire de Tam Dao, très prisé  des colons,  n’est pas très loin. Les conditions sanitaires ne sont pas bonnes. Officiellement, l’eau serait naturellement polluée d’un excès de fer, mais le Sous Directeur de la Santé m’avouera qu’encore aucune étude sérieuse n’a été diligentée pour expliquer que sur un échantillonnage de 5000 enfants de la province, 47 soient des malades cardiaques.

    La population est constituée de Kinh (Leur berceau, Phu To, capitale des rois Hung n’est pas loin) et de 25% de minorités ethniques : des Cao Lan, des San Diu et des Tay.

    Le district est peuplé de 98000 habitants parmi lesquels 8, 26 % sont répertoriés comme très pauvres.

                       

    C’est dans le chef lieu que Ban, le directeur du département de l’enfance de la province nous accueille avec ses adjointes Hang et Hue pour un petit-déjeuner local. Il est 7h 30 AM si, si !

     

     

                 Dao et Ban, directeur de la sauvegarde de l'enfance de Vinh Phuc

    Et c’est là que vous allez pouvoir toucher du doigt la dure réalité de la démarche humanitaire au Vietnam : Le petit déjeuner, ce n’est pas viennoiseries-pain-beurre-confiture-toasts-jus de fruits.

    Pour commencer, alcool de riz sans lequel vous pourrez repartir à Hanoi,  avec tous les déshonneurs dus à votre rang de malappris.

     

     

           Banh a dégainé la bouteille de riou. Ninh cache bien son enthousiasme

    Vous avez fait alors le plus facile, car arrivent les œufs de canne couvés issus d’une interruption de grossesse chez une poulette du coin. Vous aurez le verre de riou pour faire couler avant d’attaquer le sang de canard non coagulé et, quand même, la soupe de nouilles au poulet. J’avoue avoir un peu zappé la Mam Tom, sauce de crevette fermentée. A l’odeur on trouve que c’est comparable  au cadavre de putois, au goût, c’est dommage, j’aurais préféré le putois.

     

     

     

     

     

     

    Les oeufs couvés, on les couve des yeux                    Bols de sang de canard frais

     

     

     

    Quand même……………………UN   C A F E

     

     

     

     

    Après ça, je vous assure vous êtes prêt à sauver le planète juste avant d’attaquer les galaxies avoisinantes.

     

    Nous nous rendons alors au dispensaire de Duc Bac, non sans nous être arrêtés pour acheter des friandises aux enfants.

     

     

    Là une dizaine de familles nous attend. Le responsable et des adjoints, le médecin du lieu nous donnent un aperçu des différents cas, et Dao commence les visites, ausculte, diagnostique.

     

     

         Réunion préparatoire avec le directeur du dispensaire, et le médecin du centre

     

     

    Les mamans sont anxieuses, les enfants insouciants jouent, se taquinent.

     

     

     

     

     

     

     

     

    A la fin, Dao retient le cas de deux enfants dont l’état lui semble préoccupant et pour lequel il demande une visite à l’hôpital de Hanoi, le plus rapidement possible. Thuy et Huy ont 8 ans, mais manifestement, la maman et lui n’étaient pas préparés à cette nouvelle et ils s’effondrent un long moment.

     

    Hyen et Huy viennent d'apprendre

     

    Thuy et son père semblent simplement fatalistes, il sont habitués au malheur.

     

     

    Huy, jeune garçon de 8 ans et Thuy, 8 ans également vont devoir venir à Hanoi pour des examens plus approffondis.

    Un des critères d’intervention de Les Enfants d’En Face, c’est la pauvreté des familles qui ne permet pas d’engager des frais pour une hospitalisation.

    Nous allons alors visiter les deux familles.

    La famille de Huy vit dans une superbe maison neuve accolée à une demeure familiale qui traduit un niveau de vie élevé. Ils ont un des plus beaux autels des Ancêtres que je n’aie  jamais vu.

     

     

     

     

    Nous partons ensuite chez Thuy dont la maison est située au milieu des rizières dans un paysage somptueux. C’est la seule richesse que nous y verrons. La maison est petite, 5 personnes y vivent. Le père Hanh 29 ans, la mère Muoi, 32 ans, Thuy, sa sœur Huong 10 ans et son frère Linh, 6 ans. L’école est distante de 4 km.

    Ils cultivent 2 sao de terrain appartenant aux grands-parents. 2 sao, c’est déjà insuffisant pour 3 personnes. Aussi Hanh se loue lorsqu’il y a des chantiers.

     

     

     

    Huong , 10 ans, Thuy, Hanh et Muoi la maman. Linh, 6 ans est à l'école

    La maison de la famille

     

     

    Il ne nous restait plus qu’à rencontrer Dzu, le directeur de la santé de la Province, afin de faire un tour d’horizon concernant les actions de EEFF, l’état des établissements qui accueillent les enfants, et plus largement, l’évolution du tourisme dans ce territoire qui ne manque pas d’atoûts, mais qui souhaite garder ses tradititons et son authenticité.

     

     

                             Dzu porte un toast à Enfants d'En Face

     

     

     

    C’est au cours d’un repas auquel Dzu avait aussi convié ses proches collaborateurs que nous avons clôturé cette journée de détection et avec la promesse de notre nouvel ami, de favoriser nos actions, dont il nous remercia.

     

    La vie difficile du représentant d'Enfants d'En Face au Vietnam

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires