•  Pour marquer la fête de la Francophonie, je vous fais part de mes deux derniers coups de coeurs littéraires

     

    Fête de la Francophonie, deux livres et auteurs "coups de coeur"

            La librairie de Marie, située dans une ancienne maison coloniale, décor idéal de cette                  rencontre avec Alexandre Yersin  

     

                         

                                   Peste et Choléra

                   avec Patrick Deville, entre deux mots on choisit les deux

     

     

    Marie, la libraire de Livres & Co à Hanoi,  qui aide Les Enfants d’En Face France nous a invités récemment à rencontrer Patrick Deville, Prix Femina 2012 avec «  Peste et Choléra » dans la belle maison coloniale dont elle loue une pièce loue pour sa librairie.

    J’étais venu rencontrer un écrivain, et j’ai eu, en prime, un conteur à l’humour un peu british qui ne s’est pas fait prier pour nous raconter Yersin. Belle rencontre, entre ces deux aventuriers globe trotteurs qui s’est parachevée par le Prix Femina, le Prix de la Fnac et quelques nominations au Goncourt, excusez du peu.

    Dès le premier chapitre, si l’on se trouve décontenancé par une succession de phrases courtes sans verbe, on se plonge  aisément et rapidement dans l’aventure de l’élève de Pasteur et de Koch, condisciple de Roux, découvreur du bacille de la Peste et du vaccin antipesteux, découvreur de la toxine diphtérique, mais aussi, explorateur, aventurier, ingénieur mécanique, médecin de bord, anthropologue, botaniste, mais encore, initiateur de  la culture de l’hévéa et du coca médicinal.

    On suit ce parcours avec avidité et l’on déplore que cette vie si dense n’ait pas donné lieu à un volume plus imposant, tant on se laisse transporter par le style de Patrick Deville. Yersin aurait mérité une épopée mais la rigueur de l’auteur qu’il partage avec son héro  a préféré le réalisme.

    Peste et Choléra   Editions du Seuil

     

    Fête de la Francophonie, deux livres et auteurs "coups de coeur"

     

          Complicité de l'auteur avec une belle du cru....Ah! Vous connaissez?

     

    Fête de la Francophonie, deux livres et auteurs "coups de coeur"

     

    Marie, commence à organiser le débat qui suivra ce qu'elle fera avec autorité et brio

     

     

     

     

                 Dien Bien Phu Vu d'En Face

                Collectif d'auteurs   Nouveau Monde Editions

     

    Fête de la Francophonie, deux livres et auteurs "coups de coeur"

     

     

    La défaite emblématique par les trouffions ennemis. Au-delà des grandes manœuvres d’état majors, des personnalités générales de généraux généreux dans le verbe, de l’adieu charnel à la famille au charnier du combat, du bourbier à l’olympe, la guerre vue d’en bas, celle de l’Indochine, mais vécue par le Bo Doi, le nha qué sorti de sa rizière, qui défend son ray, sa terre, sa culture. Ce sont aussi des médecins, des artistes, des convoyeurs d’aliments, des femmes qui témoignent avec leur langage. Car, sur cette bataille,  au cours d’une guerre de décolonisation, nous n’avions, d'autre récit que le discours formaté officiel, aucun témoignage, hormis  ceux du camp des perdants.

    C’est le livre d’un collectif de journalistes Vietnamiens qui retrace ce que fut la Bataille de Dien Bien Phu, des préparatifs au convoyage des prisonniers, la victoire fondatrice de l’Etat Vietnamien, vue de la tranchée Vietminh, les peurs, amours, espoirs des « petits hommes verts » tant redoutés des Français, les Bo Doi, des héros qui ne se prennent pas du tout pour tels.

    Livre fait d’une succession de témoignages courts faciles à lire qui s’échelonnent au rythme des assauts, documenté, humble et humain dans l’inhumanité.

    Dien Bien Phu Vu d’En Face, paroles de Bo Doi   NM : Nouveau Monde Editions

    Dao Thann Huyen, Dang Duc Tue, Nguyen, Xuan Mai, Pham Hoai Thant, Pham Hoang Nam, Pham Thuy Huong

     

    Fête de la Francophonie, deux livres et auteurs "coups de coeur"

     


    2 commentaires
  • Première Centrale nucléaire 

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     Le Vietnam a encore du mal à fournir à ses habitants, l’électricité 24h/24 et dans tous les points de son territoire.

    Evidemment, tous les villages montagnards ne sont pas encore reliés, mais, dans certaines provinces, on coupe le courant un jour sur deux pendant de longues périodes de l’année afin d’économiser le précieux fluide

    Cependant, le pays met les bouchées doubles : En décembre dernier, la plus grande centrale hydro électrique de l’Asie du Sud-Est, Son La, vient d’être inaugurée.

    Une première centrale nucléaire (1000 MW), construite pas les Russes, (suite à une belle lutte fratricide, semble t-il, entre les Français Alstom et Areva) sera mise en service en 2020 à Ninh Thuan (Centre), tandis que, cocorico ! c’est la France (Areva) et le Japon qui devraient construire la seconde. A partir de 2025, le Vietnam devrait dépendre à 11% du nucléaire, 30 % à partir de 2050.

    Voilà, vous êtes au courant maintenant, même si ne venez pas dans le secteur.

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     2000 formations sont prévues: Il va falloir passer du tricotin au nucléaire

     

    Le Musée des Femmes de Hanoi 36 rue Ly Thuong Kiêt, Hanoi.  www.womenmuseum.org.vn

    Le Musée des Femmes (2000 m2 ) vient d’être reconnu « Destination la plus attrayante de 2012 » par Tripadvisor. Réaménagé depuis 2010, il est arrivé au même niveau que le Musée d’ethnologie par sa scénographie. Chaque texte est traduit en Anglais et en Français. Il retrace, sur 3 niveaux, la contribution des femmes dans l’histoire du pays, mais aussi la place de la femme dans la société Vietnamienne. Ce n’est pas superflu, surtout à l’adresse des mâles Vietnamiens, plutôt très machos.

    Superbes costumes traditionnels des différents ethnies, témoignages émouvants de la guerre, affiches révélatrices sur leur omniprésence, que ce soit pour les  travaux agricoles ou dans les usines, pendant l’absence de l’homme au front, mais aussi chargées de  défendre la terre et d’assurer le ravitaillement des combattants.

    Le musée abrite des expositions temporaires : En ce moment, sur une pratique  longtemps interdite, leCulte des  Déesses Mères.

     Le Monocorde du Nha Qué 15Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

                    Carte d'une combattante morte pour le Vietnam

    Le Monocorde du Nha Qué 15

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       Les ethnies ne sont pas oubliées                 Culte des Déesses Mères:

       dans l'hommage                                     La Princesse de la forêt

                                   

    Femmes en guerre, hommage

    La maman de Hien était infirmière dans la Province de Nghé An, au nord de l’Annam. Elle était volontaire pour aller donner des soins sur la piste Ho Chi Minh, à une trentaine de kilomètres, mais aussi, elle apportait le ravitaillement aux convois qui  partaient vers le 17ème parallèle, la zone du front. L’aviation américaine pilonnait les carrefours pour perturber ce ravitaillement.

    Au carrefour Ngâ 3, sur la commune de Dông Lôc, des jeunes femmes, inlassablement, refaisaient la piste après chaque raid ennemi. Dès l’alerte, elles se réfugiaient dans des abris souterrains.

    Un jour, dix d’entr’elles attendaient, tapies dans un boyau. Elles se croyaient à l’abri lorsqu’une bombe à ailettes atterrit juste sur leur abri. Toutes périrent. Le corps de l’une d’elle, fut retrouvé avec les ongles arrachés. Elle n’était pas morte sur le coup et avait cherché pendant de nombreuses heures à trouver la sortie en grattant la terre de ses mains.

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

                                   Les victimes du carrefour 3

    Le Monocorde du Nha Qué 15

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     

     

     

     

     

    Egalité des sexes

    C’est un des objectifs prioritaires du « Millénaire pour le Développement » (OMD). Les intentions sont bien là, mais effectivement, il faudra sans doute un millénaire pour faire  aboutir cette idée louable.

    Qu’en est-il ? Même si les filles des grandes villes ont un peu d’avance.

    La proportion des naissances Garçon/Fille est de 1,10 ce qui a valu un coup de semonce de l’OMS. Les cabinets d’écographie sont légions, qui annoncent aux parents, très tôt, le sexe de l’enfant. Ensuite, un dépassement d’honoraire d’un gynécologue, permet de corriger l’erreur.

    Dans la tradition, la destinée de la femme est de se marier aux alentours de 20 ans,  de  devenir la boniche de sa belle-mère, de procréer, travailler et attendre le mari qui revient de jouer l’argent du ménage aux cartes. Je ne caricature pas, j’ai de nombreux exemples sous mes yeux.

    Si une fille sort pendant quelques mois avec un garçon et que celui-ci la largue, à la campagne, tout le monde se connait, elle ne trouvera plus un nouvel amoureux. Ici, on jette les filles usagées.

    Les femmessont les trésorières  du ménage, mais c’est l’homme le Président.

    Dans les rizières, peu d’hommes travaillent, ils sont, dans le pire des cas, les contremaitres, les femmes triment, coupent, taillent, bêchent portent et transportent. Ce sont elles qui portent les lourdes charges. Au marché, ce sont les vendeuses, les buveurs ce sont les hommes.

    Pourtant le taux de femmes députés est de 25,8%. Ce n’est pas la parité, mais je connais certains pays qui n’y arrivent même pas. Sur 100 diplômés universitaires 36 sont des femmes.

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

                                        Plus vite! faignasse

    Hanoi endormie

    Il faut se lever tôt, me direz-vous, car dès 5 heures du matin, la capitale déborde d’activités au rythme d’un concerto pour motos et klaxons.

    Vous n’avez pas pensé au moment de la sieste. Entre 12h 30 et 14 heures, la palancheuse pose sa marchandise sur le bitume, le moto taxi s’allonge sur son destrier, le commerçant abandonne l’étal, le fonctionnaire s’aplatit sur son bureau. La sieste est aussi impérative que de porter des offrandes à l’autel des ancêtres.

    Lorsque l’on vous a invité à déjeuner, à la fin, on vous propose un lit pour la sieste

    Le Monocorde du Nha Qué 15 Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     

     

     

     

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     Maximes du Vietnam

    Le monde est encore nigaud et borné :

    Quand on vit, on porte des vêtements déchirés,

    Quand on meure on vous enterre avec vos plus beaux atours

     

     

    Quand on est dans la pauvreté, personne ne daigne vous regarder

    Lorsqu’on est premier lauréat, on a 9000 frères.

     

    Les fleuves profonds, on peut les sonder,

    Mais les cœurs perfides, nul ne peut aller au fond

     

    Mon enfant, rappelle toi cette parole :

    Les brigands, la nuit, ce sont les pirates,

    Les brigands du jour sont les mandarins

     

    Le Supermarché chasse le marché de proximité

    Bizarre ! J’ai déjà vu ça quelque part.

    Quel bonheur de parcourir les allées du marché Chau Long, à Hanoi, à quelques pas de mon domicile. Quelles odeurs, quelle ambiance ! Des vendeuses qui interpellent les passants qui déambulent au milieu des fruits et légumes, des épices, pièces de boucherie à l’air, poissons qui vous aspergent de leurs bassines à même le sol, poulets vivants, tués, en train de se faire tuer, Dès 6 heures du matin, les étals débordent du bâtiment multiséculaire dans la rue, chassés à 8 heures par la maréchaussée locale qui menace d’embarquer ustensiles et marchandise. Quel bonheur de marchander le prix prohibitif annoncé en votre qualité d’occidental, sous les rires de l’entourage, de la gentille arnaqueuse et du vôtre. On a tout sur l’étalage, mais si on n’a pas, on file le chercher chez une collègue ou l’on charge l’enfant, le mari, la copine d’aller le chercher.

    Et l’on me dit que cela va disparaître, que la municipalité n’autorisera plus que la construction de supermarchés où la marchandise est plus chère que dans les marchés traditionnels, bien plus chère que chez la petite épicière du bas de ma rue, les fruits, décolorés sont sous cellophane, les épices n’ont pas d’odeur, bon, j’arrête là, vous connaissez………………………

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     La Burca Vietnamienne

    Les femmes Vietnamiennes se font rares lorsque le soleil est au rendez-vous. Les fines taille surmontées de chevelures noires sur  minijupes et talons-aiguille qui peuplent Hanoi le soir et la nuit, disparaissent le jour au profit de bandits masqués de fatmas bridées, de cosmonautes pétaradants.

    Les Vietnamiennes si élégantes et coquettes, d’ordinaire, enfilent des combinaisons une pièce avec capuche, masque et couvre doigts avant de monter sur leur moto. Et ça ne suffit pas, car au feux rouges on s’arrêtera dans la zone d’ombre vingt mètres avant le signal.

    Car les canons de la beauté exigent une peau blanche, plâtrée pour les utilisatrices de crèmes bon marché. De nombreux instituts administrent des soins blanchissants qui conviennent autant à nos miss asiatiques qu’un perruque blonde sur la tête d’un noir.

    L’explication, bien que l’on puisse avancer une raison sociale, la différence entre une peau aristocratique et celle des paysannes, est que les Vietnamiennes cherchent à ressembler au filles des magazines occidentaux. Autrement dit : Habillez vous moche pour être belle.

     Le Monocorde du Nha Qué 15Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     

     

     

     

     

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

                       Je suis sans doute vieux jeu, mais moi, je préfère ça

     

    Le Theatre Tuong, Opéra Vietnamien

    Le theâtre Traditionnel Tuông est un héritage des Mongols, importé de Chine au XIVème siècle. Il a pour sujet des scènes de cour, la vie de la noblesse, des épisodes de l’histoire du Vietnam.

    Il est très codifié : Un traitre est maquillé en blanc, le loyal est rouge, les campagnards sont en vert, les montagnards en noir. Les gestes représentent des sentiments. Les scènes sont rythmées par 6 musiciens, les costumes sont somptueux, les décors riches.

    Il a ses vedettes, comme Dam Lien, célèbre pour interpréter 15 rires différents de nuances émotionnelles différentes. « le rire du personnage indique à qui l’on a à faire : S’il est honnête, ivre, pessimiste »

     

     

    La voie de la céramique

    Construite pour le millénaire de Hanoi, elle a été reconnue par l'Organisation du Livre Guiness du Monde (GWR) comme le « Tableau de céramique le plus long du monde »

     Cette voie, une sorte de boulevard périphhérique a une longueur totale de 3.950 m. Elle comprend 21 tronçons entre la porte de An Duong à celle de Van Kiep. Chacun d'entre eux sont des oeuvres artistiques et historiques sur le Vietnam, ses paysages et les élites de ses villages traditionnels de métier de la céramique tels Bat Trang, Phu Lang, Chu Dau, Binh Duong, Vinh Long, Bau Truc, mais aussi certains sites dans le monde.

     Il s'agit de l'ouvrage dont la création a impliqué le plus grand nombre d'artistes étrangers, de dix pays différents dont le Danemark, la France, l'Espagne, l'Italie, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, l'Argentine, la Nouvelle-Zélande...

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

     

     Le Vietnam a Paris

    Il sera principalement représenté au Salon Mondial du TourismePorte de Versailles    par........................

                                           VIETLANDDISCOVERY

                                            stand H54, roues de l'aventure

    Nos amis Ninh et Matthieu vous y attendant, venez leur dire un petit bonjour

     

    Le Monocorde du Nha Qué 15

                                                                          Photos Jean-Pierre Labat


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires