•  

    Voyage autour du H'Mong

    Les H’Mong (autres noms: Mieu Toc, Méo, Man Trang) sont près de 790 000 au Vietnam où ils sont arrivés de la fin du XVIII ème au début du XIX ème siècle, du sud de la Chine. Arrivés tardivement, alors que les Tay occupaient déjà les vallées, ils durent se contenter des terrains d’altitude à fortes pentes.

    Voyage autour du H'Mong

     

    Ce que l’on peut observer en se baladant par les sentiers qui traversent les villages: Le riz, que les H’Mong cultivent en terrasses ne vient qu’en seconde place après le maïs cultivé sur brulis en assolement. On cultive en alternance diverses légumineuses, doliques verts, haricots, petits pois.

    Voyage autour du H'Mong

    Ils pratiquent labourage et hersage même sur de fortes pentes Depuis quelques temps, sur les pentes des environs de Mu Cang Chai, le gouvernement a encouragé la semence de moutarde, afin d’attirer les touristes Vietnamiens qui aiment se faire photographier au mileu des étendues de fleurs très belles en novembre. Autres fleurs, mais cultivées plus clandestinement, à des fins médicinales et familiales (pour les vieux), le pavot. Ses deux variétés, le ginure saponica et le conioselium unvittatum étaient une source de revenus très importante, autrefois, remplacées sur “recommandation gouvernementale “ par la culture des prunes, pêches et pommes. Ces dernières, récoltées en août, servant à la confection du délicieux Tao Méo auquel nul de mes amis ne saurait être dispensé et dont le trafic, lui, au contraire de l’opium , n’est pas passible de la peine de mort (sauf cirrhose)

    Voyage autour du H'Mong

    L’élevage des volailles est très développé. La plupart des familles H’Mong possède buffles, boeufs ,chevaux. Le cochon est la viande de base. L’animal est apprécié très gras pour fournir un maximum de calories pour l’hiver.

    Voyage autour du H'Mong

     

    La société H'Mong se distingue par une grande solidarité entre les gens d'une même lignée et du même village. Dans la famille patrilinéaire, l'homme jouit d'une supériorité absolue et la polygamie n'est pas rare.

    Voyage autour du H'Mong

    La femme H'Mong accouche en position accroupie, le placenta est enterré sous le lit si c'est une fille, au pied de l'autel des ancêtres si c'est un garçon.

    Voyage autour du H'Mong

    Voyage autour du H'Mong

     

    Voyage autour du H'Mong

     

    Voyage autour du H'Mong

    Texte d'après "Ethnies Minoritaires du Vietnam" Editions Thé Gioi.

    Photos prises en avril 2017, lors d'une randonnée vers Mu Cang Chai lors d'un circuit pour photographes.


    2 commentaires
  •  

    Grains de sagesse H’Mong

    • Demandes ton chemin aux vieux, demande du riz aux jeunes filles
    • Si on repique le riz en rangs espacés, on aura des poisons,mais en rangs serrés, beaucoup de riz
    • Si les dents de la herse sont longues, le buffle maigrira, si les dents de la herses sont courtes, le buffle engraissera.
    • Les buffles aux cornes pointues ne peuvent vive dans la même prairie
    • Si les termites sortent du trou, il pleuvra, si elles le bouchent, ciel serein
    • Rizière profonde, grenier plein de riz
    • Fille près du garcon, buffle près des jeunes plants de riz
    • Mieux vaut femme laide que dormir seul, mieux vaut cheval boiteux que porter la charge
    • Mort, la terre vous enfouit, vivant, la terre vous nourrit
    • L’homme produit, la femme conserve
    • Quand le bébé peut s’asseoir, la femme a autant de loisirs que le mandarin, quand il sait ramper, maman peine comme une servante
    • Quant on a plusieurs femmes, on ne mange pas assez de riz, trop d’amoureuses, pas de sommeil
    • Le procés coûte de l’argent, le marriage coûte de l’alcool

    H'Mongologie

     

    H'Mongologie


    votre commentaire
  •  

    Timides et joueuses H'Mong Lenh

     

    Tes mains sont deux fleurs ouvertes

    Tes yeux sont deux forêts noires

    Tes cheveux sont des rayons d'avril

    Tes joues sont des fleurs d'amandier

    Ton rire est une coccinelle

    Tes gambades sont des jeux de petit lapin blanc:

    Tes mains sont des fleurs ouvertes

    Tes dents sont des muguets de mai

    Tes yeux sont deux forêts noires

    Tes jeux sont des capucines dansantes

    Ton front est une route blanche

                                                                              (Michelle Cavalleri)

     

     

     


    votre commentaire
  • L'accueil des Dao Son Dau

     

    L'an passé, quand fleurissait le pêcher,

    La jeune fille du voisinage aaprenait encore à s'épingler les cheveux

    Cette année, quand fleurit le pêcher,

    Elle s'est mariée au jeune de la maison de l'ouest

     

    L'an passé, quand fleurissait le pêcher,

    Qu'il était froid le vent printanier

    La jeune fille du voisinage pleurait devant les fleurs

    Mélancolique, elle baissait les sourcils

     

    Cette année quand fleurit le pêcher,

    Qu'elle est luxuriante, l'herbe printanière

    La jeune fille du voisinage, souriante devant les fleurs

    déclame un poème et l'écrit de sa main.

                                                                                 Pham Dinh Ho (1768-1839)

     


    votre commentaire
  • Meme au Vietnam il y a des scieuses


    votre commentaire
  • Avant notre raid photo " Du Fleuve Rouge au Mékong", un petit coup d'oeil vers Vinh Phuc où les deux maisons de Linh et de Son sont en construction.

    Nous n'avons pas pu nous rendre chez Linh en raison d'empêchements météorologiques, mais nous avons reçu une photo "du Jour" avec les commentaires de la Caisse Sociale.

    Les travaux ont été retardés par la difficulté d'aménagement du plateau, et la maison en est rendue à la base comme on peut le discerner sur leur photo. Tout est maintenant en vitesse de croisière.

    Et  à Vinh Phuc on en est où?

    Par contre, l'avancement des travaux chez Son sont spectaculaires. En plus, il y a une vraie ferveur autour de ce projet: La Fondation Abbé Pierre et Les Enfants d'En Face France ont généré un élan de solidarité autour de cette famille, qui, on l'a compris est très aimée. Chacun a voulu apporter sa contribution, qui en travaillant, qui en achetant quelques briques supplémentaires.

    Et  à Vinh Phuc on en est où?

    La fierté de Son fait plaisir à voir

    Son était enthousiaste évidemment ; son papa aussi mais  il nous a dit souffrir beaucoup en ce moment. Il continue néammoins à travailler. Nous avons eu aussi le bonheur de leur apprendre que Ecole Pour Tous avec Patrick, le parrain des enfants, allait meubler leur maison neuve.

    Et  à Vinh Phuc on en est où? 

    La maison ancienne sert encore à la cérémonie du thé

    On ne vous parlait plus beaucoup de l'autre volet des interventions de EEFF, l'aide aux enfants pauvres atteints de pathologies graves, cardiaques principalement.

    Dans la Province un constat a été fait sur la proportion anormale d'anomalie cardiaques congénitales. Une annexe de l'hôpital provincial chargée de ce problême a été créée, reliée à l'hopital Tim de Hanoi que nous connaissons bien.

    Et  à Vinh Phuc on en est où?

    Mr Vinh, le directeur de la Caisse Sociale avait arrangé cette rencontre avec la Direction de l'Hôpital Tim de Vinh Yen

    Ces jours derniers, 7 praticiens sont intervenus dans les école maternelles et élémentaires auprès de 10 000 enfants. Ils ont détecté 200 anomalies. Certaines pourront être traitées sur place, d'autres devront être l'objet d'intervention à Hanoi.

    A priori, on pense que le rejet des eaux des entreprises environantes en sont la cause.

    Nous avons rencontré cette mission médicale d'une façon agréable, autour d'une fondue Vietnamienne et nous avons convenu, avec l'accord du Président d'EEFF, d'une visite ultérieure dans les services avec le Directeur de gestion pour évoquer de futures interventions de notre ONG qui commence, on s'en aperçoit à bénéficier d'une belle réputation.

    Une collaboration nous permettrait de bénéficier d'une détection plus ciblée et aussi d'être sûrs de gérer  les situations les plus sérieuses.

    Et  à Vinh Phuc on en est où?

     

     

     


    votre commentaire
  • Départ demain pour Pi Mai,  la superbe fête de l'eau à Luang Prabang.

    Elle vaut bien mes chères férias Daquoises. Les Toros Bravos sont remplacés par les éléphants royaux, les festayrés sont autant philosophes, danses et  liquides  dans la rue, seul il me manquera Vino Griego pour l'adishatz.

    Mais auparavant, nuitées chez les amis Muong, Tay, HMong Fleur et Lu, balades dans  les rizières de Mu Cang Chai, les marchés avec les H'Mong Rouge, les Dao Son Dau, hommage à Dien Bien Phu et descente en pirogue de la frontière à Luang Prabang en passant par les villages Kamou. Avec moi, 7 fanas de photo et Anne Sophie de Rêves d'ailleurs, l'Agent de voyage qui est, elle-même sa meilleure cliente. Et on regrettera Pierre de LSPG, qui, lui aussi mange largement ses bénéfices en arpentant le pays.

    Vers la Fête de l'eau


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique